Province ecclésiastique de Trèves

Siège de l'archidiocèse de Trèves et des diocèses de Toul et de Metz
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Communication KOMENKONFAI?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Feu mgr Guillaume

avatar

Nombre de messages : 479
Diocèse : Toul
Charge : Evêque/Curé/Exorciste/Gregorien
Loisirs : Pélerinage
Date d'inscription : 19/04/2010

MessageSujet: Communication KOMENKONFAI?   Lun 24 Jan 2011 - 18:32

    L’homme regarde sans voir, écoute sans entendre, touche sans sentir, mange sans gouter, se déplace sans le ressentir, respire sans avoir conscience des odeurs ou des parfums et parle sans réfléchir. Malheureusement!


    Introduction.

J’ai appris des choses très utiles sur les relations humaines. En général il faut veiller à toujours à garder mon calme et l'on obtient généralement le résultat recherché, même dans les situations difficiles.
Pour ce faire, il faut prendre du recul par rapport à ses émotions et se concentrer uniquement sur le résultat. Il faut essayer également de comprendre le point de vue de son interlocuteur afin que qu'ils soient tous les deux gagnants dans l’affaire, essayant bien sur que la Vraie Foy en sorte aussi vainqueur.

Nous avons chacun notre façon de traiter les informations et de réagir aux situations que nous vivons. Ce qui crée parfois des malentendus. Cependant comprendre le point de vue de l’autre ne veut pas forcement dire « accepter » ou « cautionner », mais cela peut être vraiment utile une foi à la tête d'un débat ou dans une charge importante.

Je sais dire ceci; « Un Voyage de mille Kilomètres commence par un pas ». Ce qui veut dire pour moi que les changements ressemblent souvent à un goutte-à-goutte qui nous permet d’obtenir lentement, mais avec plus d’efficacité, ce que l’on veut.

Bien que vous apprécier passer du temps avec des gens qui vous ressemblent, le monde regorge d’être humains merveilleusement divers qui ont leur propres compétences, opinions et parcours.
Dans votre vie personnelle et professionnelle, le rapport est là clé du succès et de l’influences.
Il s’agit d’apprécier et de côtoyer les différences.

Il vous fait économiser du temps, de l’argent et de l’énergie. C’est un mode de vie sans stress tout simplement génial!

Il est évident que dans un monde où la réputation et le regard de l’autre est important, surtout dans une élection, ou l’avis que possède de nous les électeurs, il est difficile d’avouer que nous puissions avoir tors.
Je ne jugerais pas ce comportement il est humain.
Il est évident que dans un conflit nous avons forcement tors, quelque soit ce tors.

Ainsi, celui qui assumera qu’il est responsable du conflit saura sortir son épingle du jeu. Il appartient ensuite au suivant de surenchérie et admettre qu’elle a, elle aussi tors.

A partir de là, rien ne vous empêchera de devenir au pire frère ennemi. Ce qui n’est pas si mal pour un débat qui partait mal.

Pourquoi la priorité mise sur la communication et pas sur un autre projet plus ambitieux?

Communiquer est l'une des conditions primordiales afin de mettre ou remettre au premier plan un sujet important.
Dans un domaine plus proche d'un conseil quelqu'il soit, la communication sera importante, lors d'un débat. En effet il sera conséquent de savoir ce que tous pense du sujet avant de l'imposer. Demander à un cul-de-jatte de courir n’a aucun sens.

Le fait de savoir communiquer efficacement vous permet de contrôler consciemment la façon dont vous le faites avec les autres. Cependant le fait de savoir cela donne du pouvoir et, comme chacun le sait, le pouvoir corrompt parfois. D’un autre coté, si l’idée respects un aspect de responsabilité, il peut aussi ôter la peur et permettre de faire preuve de générosité et de gentillesse.

Poser des questions, expliquer, écouter, et s'affirmer pour jouer son rôle sera dans la logique de cette communication.


Quelques clés:

    Principes de base de la communication

  • Le vécu sensoriel

La communication se base essentiellement sur un vécu. Vous ne pouvez discuter d’une chose que vous ne comprenez pas. Même quand vous poser une question pour comprendre un sujet, il faut que vous aillez connaissance que ce sujet peut être discuter et qu’il existe.
Cela ne viendrait à l’esprit de personne de discuter, par exemple, de l’Espagne si nous ne savions pas que ce pays existe.
Or un « vécu » est essentiellement basé sur un rapport au sens, ce que l’on pourrait appeler un « vécu sensoriel », et il est propre à chacun, car personne ne vie de la même manière. C’est-ce qui fait la diversité de nos âmes.
Ainsi a partir de ce principe, nous pouvons dire que la communication se place par rapport à un vécu sensoriel qui est propre à chacun et qui donc conduit forcement à ce que ce que la communication soit difficile.
A parlant avec Son vécu, B parlant avec le sien, il est difficile que A et B se comprennent bien.

  • A et B sont dans un bateau et C arrive

Cependant imaginons un autre personnage dans cette histoire, qui s’appelait « C » et qui lui, neutre, pourrait décrypter ce que A dit et le traduire dans le langage de B, et vice versa. Maintenant dites vous que C peut être un autre personnage, en dehors de A et B, mais il peut être aussi A ou B. Pour cela, il suffit d’apprendre le langage de l’autre.

En fait, pour pouvoir communiquer simplement sans s’heurté à la barrière de la langue, il suffit souvent d’apprendre la langue que l’autre parle. Et d’ailleurs il vaux souvent mieux apprendre celle de l’autre au lieu d’attendre que ce soit l’autre qui apprenne la notre.

Cela parait confus? Ce n’est pas grave c’est que vous commencez à apprendre et Je vais m’efforcer à vous aider à comprendre tout cela. Bien sur vous pouvez me poser des questions. Il est important de communiquer pour bien communiquer.

Mais allons dans quelque chose de bien plus concert. Nous développerons chaque points si vous n’avez pas bien compris

  • Respirez! Relativisez!

Après avoir fait cela, respirez un bon coup! RELATIVISEZ! Ne vous dites pas qu’il vous attaque. Comme la communication se base sur un vécu sensoriel, il est probable que vous vous montiez le bourrichon tout seul, sans que l’autre vous titille réellement. Les impressions sont parfois très trompeuses. Demandez vous pourquoi l’autre dis cela de cette manière là. Il n’est pas rare, que lorsque l’on se dispute, nous soyons nous même l’origine de la dispute, et pas forcement l’ « autre ». C’est plus facile de dire que l’autre à tors, plutôt que de dire que tout le monde a raison. En effet, basez vous sur un principe qui dit:
Tout le monde à raison. Car tous le monde à Raison en fonction de SON VECU.

Jouer à faire le « C ». Essayez de trouver un compromis entre vos idées et vos ressentiments envers l’autre. SOYEZ FLEXIBLE. Mettez vous à la place de l’autre.

DITES VOUS CECI:
    Je laisse l’autre libre et responsable de sa perception, de son désir, de sa décision. Et je reste libre t responsable de ma perception, de mon désir, ou de ma décision.


C’est une attitude à cultiver car elle dynamise beaucoup la réflexion. Cela revient à dire : quand je ne me sens pas menacé, contredit ou jugé, je peux enfin entendre et recevoir le point de vue, même si je ne le fais pas mien.

  • Le Ressentiment

Souvent les disputes stérile vienne de l’agressivité « apparente » ressentit. Mais ce sont nos propres sens qui nous font sentir cela.

    A Dit quelque chose
    B Le ressent à sa manière comme agressive et se met sur la défensive et Dit quelque chose qui transmer à son tour cette émotion
    A Ressent cela à sa manière et répond avec la même agressivité
    B Ressent encore plus fort l’agressivité, et le débat se bloque.


Ainsi cela prouve que pour bien avancé dans un débat, il est important:
De se mettre à la place de l’autre (Flexibilité comportementale) mais aussi, et cela est important, oubliez ses propres « sentiments » qui ne vienne que perturbé la communication.

Oui vous ne prenez pas comme l’autre mais si vous voulez lui dire quelque chose et peut-être le convaincre, il ne suffit pas de lui dire, il faire lui faire comprendre votre point de vue, et non pas lui faire comprendre le sentiment que vous éprouvez à son encontre.

  • Désamorçage

Il faut savoir comprendre que l’autre aussi à raison et lui dire:

    Oui tu me vois comme --------. Je ‘invite à ne plus parler sur moi. Je n’ai plus envie de me laisser définir comme ------ car je ne me reconnais pas dans cette définition.
    Dis moi plutôt ce qui se passe pour toi lorsque tu me vois agir de telle ou telle façon, lorsque tu m’entends tenir tel ou tel propos, et parlons enfin de nos façons d’agir différentes.


En effet, il est important de ne pas confondre la personnes et son comportement et de distinguer ce qu’l fait de ce qu’il est. Les apparences sont parfois, voire toujours trompeuses.

Parlez avec ses tripes comme on dit ne permet, en général qu’une conclusion inévitable: la fermeture du débat. En effet, parler sans oublié son vécu sensationnel tend à Culpabilité l’autre. C’est l’autre qui est coupable. Or personne ne veut être « LE » Coupable de l’histoire, ainsi il va se braquer et dire qu’il est innocent et que le coupable c’est vous.

  • Les principes de base à bien avoir en tête avant d’ouvrir la bouche

- La communication se base sur les sens.
- Essayez de repérer les buts de l’autre
- Savoir ce que l’on veut exprimer exactement (Vous demandez le « quoi »)
- Identifier les moyens de les exprimer ( écouter les mots de l’autre et comment il le dit. Vous demander pourquoi il pense ça, qu‘Est-ce qui pourrait lui faire croire que… Vous demander le « pourquoi » )
- Il faut de la flexibilité comportementale (savoir parler la langue de l’autre, et savoir se mettre de son point de vue. Vous demander le « comment » )
- Intéressez vous a l’autre avant d’attendre que l’autre s’intéresse à vous.
- Ecouter les mots que votre interlocuteur utilise, les expressions permette de connaitre la manière dont l’autre communique et ainsi communiquer avec lui dans sa même langue. Repérez les mots, les phrases favorites et les réutiliser pour vous faire comprendre
- Sentir que vous écoutez l'autre et que vous êtes écouté.
- Respect mutuel (confiance et intégrité)


Quelques pièges dans la communication:

I. Je et Tu

Je et tu ne rapporte pas à la même personne.
Le « tu » est agressif et le « je » rapporte un aspect egocentrique.
Le « tu » :
Il renvoi à l’autre et pas a vous.
TU possède une capacité d’accusation bien trop grande pour être utiliser a outrance dans un débat.
JE renvoie a soit, mais il a cet avantage de ne pas agressé l’autre dans une espèce d’accusation que l’on trouve dans un TU.
Cependant le JE pourrais donner l’impression à l’autre que vous ne savez parler que de vous-même. Ainsi je vous conseil l’utilisation de verbes qui personnalise; Souhaiter à la place de Vouloir, Pensez au lieu de Savoir, Espérer en remplacement de Demander, Croire plutôt que Connaitre, etc.

« Je pense que vous avez fait une erreur » est tout de mêmes plus facile a digérer que « je sais que vous avez fait une erreur »

II. Mais, et Si

Parfois un seul mort peut tout changer dans une phrase et peut, soit entretenir ou détruite la communication.
Le mot « mais » rompt celle-ci.
Avec le mot mais, voter interlocuteur ne se souviendra que de ce que vous dite après.
A contrario, le mot « et » fera que votre interlocuteur se souviendra de ce que vous avez dit avant ET après.
Ainsi, plutôt que « mais » je vous conseille d’utiliser « et si ».

Le « et si » propose et n’impose pas. Il donne une idée tout en en superposant une nouvelle par-dessus sans effacer ni réfuter la première, ce que fait le mot « mais » malheureusement.

III. L’impératif

Il est impératif de ne jamais utilisé l’impératif.

Conclusion:

Lorsque vous avez établi un rapport avec quelqu’un, vous pouvez ne pas être d’accord avec ce qu’il dit tout en entretenant des rapport empreints de respect. L’important est de garder à l’esprit le caractère unique des personnes. Par exemple, vous pouvez très bien avoir des opinions politiques différentes de celles de vos voisins,, sans pour autant vous fâcher avec eux. Il est également probable que vous ayez des désaccords sur le menu du souper mais il est normal que vos gouts différent.
Alors écoutez l’autre, parlez lui dans un langage qu’il comprenne, et surtout, respectez vous. Sinon vous ne faites pas un débat, mais un combat où il n'en sortira que méprit et la fin du débat qui aurait pus faire avancer les choses.
Rien ne passera par la force et par les coups de gueules.

N’oubliez pas que c’est une juste une divergence d’opinion et non une critique qui vise la personnes.
Ne confondre la personne et son comportement, je distingue ce qu’il fait de ce qu’il est.
La personne est plus que ce qu’elle dit ou croit. Il faut se méfier des apparences, car un hommes n’est pas juste ce que nous percevons. Elle est plus complète que ça.
Revenir en haut Aller en bas
 
Communication KOMENKONFAI?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cours] Enseignement shamanique et communication avec l’au-d
» [Communication] Le Porte Parole
» La communication, c'est le fruit d'une bonne entente (pv Manon) (-16)
» Moyens de communication
» Le Ministre de la Communication et de la culture est mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province ecclésiastique de Trèves :: Palais archiépiscopal de Trèves :: Aile est - les Grandes Salles :: Aile est - Bibliothèque de l'Archidiocèse-
Sauter vers: